[Real humans] la vraie bonne surprise d’Arte

Written by Charlotte Philippe. Posted in A voir absolument, Actus

Tagged: , , , , , ,

La saison 2 de real humans

Published on avril 10, 2013 with 2 Comments

Alors que j’attendais avec moult impatience le retour de Game of thrones, je suis tombée sur la série venue de Suède, diffusée sur Arte : Real Humans (100% humains). Titre original : Äkta Människor

J’avoue que le pitch était aussi attirant qu’effrayant. Attention copié/collé :

« Dans un monde proche du nôtre, les hubots (human robots) ressemblent à s’y méprendre aux êtres humains qu’ils remplacent dans les tâches domestiques.

Une cohabitation qui engendre des relations complexes et des émotions contrastées, entre amour et haine, alors que certains humanoïdes rêvent d’émancipation. »

Attirant parce que je raffole des ces histoires à la Terminator. Effrayant parce que ça génère souvent, passez-moi l’expression, de grosses bouses. Oui parce qu’interroger ce qui fait l’essence de l’être-humain, du libre-arbitre, de la conscience etc. peut vite se transformer en existentialisme philosophique de bas étage. Il s’agit d’un thème que peu réussissent à traiter avec intelligence. Même le grand Ridley Scott s’y est cassé les dents avec un Prometheus totalement raté.

Bref, mon verdict est sans appel : Real humans est une vraie réussite.

La série ne cherche pas à en mettre plein la vue avec des effets spéciaux à couper le souffle et se concentre vraiment sur l’histoire. Le monde de real humans est à tout point de vue comparable au nôtre. Aucune science-fiction de ce côté-là. L’identification avec les personnages est d’autant plus efficace.

Le scénariste a préféré laisser la place à notre subjectivité plutôt que de donner des réponses toute faites. Il laisse le spectateur se faire sa propre idée sur les hubots et le rapport qu’entretiennent les humains avec leur création. Pas de manichéisme et l’on ne sait pas toujours de quel côté de la barrière se situer. Faut-il défendre les droits des hubots ou ne sont-ils que des machines programmées à traiter avec autant de considération qu’une voiture ?

Le jeu des acteurs est absolument remarquable. Les hubots ressemblent à s’y méprendre à des être humains. Pourtant, avec leur tête de Ken et Barbie ou de Bob le bricoleur dénuée de toute la richesse des expressions humaines et leur gestuelle « mécanique » ils n’en sont pas totalement.

L’histoire est addictive même si on peut déplorer que le pan de l’intrigue qui s’intéresse aux hubots « autonomes » en fuite soit un peu plus faible.

Real humans interroge le thème de la discrimination, de l’asservissement, de la normalité, autant de questions 100% humaines.

Je vous la recommande vivement. Les deux premiers épisodes sont disponibles gratuitement en streaming sur le site d’Arte.

Charlotte Philippe

Partager

2 Comments

There are currently 2 Comments on [Real humans] la vraie bonne surprise d’Arte. Perhaps you would like to add one of your own?

  1. Real human
    Le sujet semblait intéressant
    Mais les personnages féminins réels ceux là sont odieux et balourdingues.
    Entre celle qui quitte sont mari pour hubot empêchant que son fils voit son père.
    Sa « copine noire » idem qui pousse au conflit
    Une hommasse d’un temple avec une « « chérie !? » » ; ou est le chien ?
    Tout cela est très décevant.
    Mieux eu valu un scénario genre thriller plutôt que d’exposer ici, tout ce qui plombe le cinéma français caricatural d’aujourd’hui.
    zygma

    • Vous oubliez le personnage féminin principal Inger, mère de famille et avocate, plutôt humaine et progressiste non ? Je ne suis pas d’accord avec vous concernant le personnage du Pasteur. Elle est grosse, est-ce un problème ? voir un personnage lesbien et pasteur et qui a du coeur,je trouve ça plutôt intéressant et nouveau au contraire. Les autres personnages féminins dont vous parlez sont intéressantes parce que ambivalentes, comme tous les personnages de la série du reste. Roger n’est pas toujours glorieux non plus, sans parler de son « ami d’arme ». Je ne vois pas de point communs avec le cinéma français, mais vraiment aucun. Le scénario est bon, le jeu des acteurs formidable et c’est loin d’être ennuyeux 🙂

  2. […] avons adoré la première saison, voir l’article, qui n’esquissait finalement qu’un début d’intrigue pourtant déjà bien dense. […]

Leave a Comment