Breaking Bad : I won ?

Written by Julie Moreira. Posted in A voir absolument, Actus, Breaking Bad

Tagged: , , , , , , , , , , , , , , ,

breakingbadban

Published on juillet 17, 2012 with Pas de commentaire

Attention ! Spoilers.

M. Lambert est attablé dans un restaurant Danny’s. Chevelu et barbu, il dessine dans son assiette le chiffre 52, jour de son anniversaire. Référence directe à l’épisode 1 de la saison 1 lorsque Walter soufflait ses 50 bougies apprenant alors qu’il lui restait deux ans à vivre. Un scénario parfaitement ficelé.

Nouveau lieu, nouvelle identité pour le chimiste génial et monstrueux, la saison 5 débute de manière déroutante et perd son téléspectateur dans les premières secondes.

Si le début de l’épisode nous laisse penser que s’en est fini du cancer pour Walter White au vu de sa capillarité retrouvé, il n’en est rien. C’est toussant et prenant des médicaments que le dealer nous est montré. Disant venir du New Hampshire, dont la devise est « Live Free or Die », titre de l’épisode, Walter White achète à nouveau du matériel à l’armurier lui ayant fourni un revolver pour se prémunir contre Gus. Mais cette fois-ci, c’est une mitrailleuse que reçoit le dealer, la même que l’on aperçoit en arrière plan sur le poster officiel de la saison 5.

Puis retour sur la fin de « Face Off », dernier épisode de la saison 4. Le Walter White présent est un tout autre homme. L’homme traqué du prologue devient arrogant, impitoyable et directif.

Mais son temps de soulagement sera court après son meurtre victorieux. En se regardant dans un miroir, il se rend compte que les caméras de surveillance de Gus ne sont pas détruites. Dans le même temps, Hank, à l’aide d’une canne, parcourt le laboratoire de Gus. Il découvre une caméra endommagée, celle-là même qui a enregistré les moindres faits et gestes de Walter, Jesse et Mike. Sans rentrer dans les détails, tout l’épisode tournera autour de la reprise du portable de Gus embarqué comme pièce à convictions par les policiers. Mike n’aura d’autres choix que de s’allier à Jesse et Walter.

Comme toujours dans Breaking Bad, chaque fin d’épisode s’achève magistralement. Alors qu’il attend des signes de reconnaissance de la part de sa femme pour sa protection, cette dernière ne peut le considérer que comme un meurtrier froid et calculateur. De manière très ironique et glaçante, Walter déclare à Skyler : « Je te pardonne » suite à son adultère, conséquence des actions de son mari. Et c’est certainement ce qu’il y a de plus terrifiant chez Walter White : de son incapacité à prendre conscience de ses actes monstrueux, il pousse le vice jusqu’à la vantardise (Le fameux « I won »).

Si la saison démarre doucement, le showrunner, Vince Gilligan, prend soin de mettre en place tous les éléments de manière fine et complexe pour faire de cette ultime saison, teintée d’humour noir, une réussite.

Partager

Pas de commentaire

There are currently Pas de commentaire on Breaking Bad : I won ?. Perhaps you would like to add one of your own?

  1. […] ici la revue du premier épisode par […]

Leave a Comment