[Cold Case] coup de chapeau à Meredith Stiehm

Written by Charlotte Philippe. Posted in Cold case, Séries de A à Z, Voix libre

Tagged: , , , , , ,

cold-case-3

Published on mars 08, 2011 with Pas de commentaire

meredith stiehm,cold case,lilly rush,kathryn morris,showrunner,urgences,90210Son nom n’est peut-être pas vraiment connu du grand public et pour cause, ceux que l’on appelle les showrunners n’ont pas encore acquis une grande popularité dans l’hexagone. On leur doit pourtant les meilleures séries télévisées.

Meredith Stiehm, malgré la grande popularité de la série qu’elle a crée -Cold Case affaires classées- ne fait pas exception. On peut le regretter puisqu’il s’agit à l’heure actuelle de l’une des rares femmes ayant réussi à se frayer un chemin au sommet de cette pyramide encore exclusivement masculine.

La série : Détective de la police de Philadelphie, Lilly Rush enquête sur des affaires non élucidées. Le principe est invariablement le même. En préambule, nous voyons la victime avant qu’il ne lui arrive des misères. L’enquête démarre des années voire des des décennies plus tard, suite à la découverte d’un nouvel élément, le corps de la victime par exemple. L’un des « charmes » de cette série est précisemment de nous plonger dans le passé avec un ton nostalgique et de faire justice à des victimes oubliées.

Hier soir, nous avons pu suivre sur France 2 l’avant dernier épisode de la saison 6 où le corps d’une jeune femme, nouvelle recrue de l’armée de Pennsylvannie qui a bénéficié des mesures de la discrimination positive, est retrouvé dans un cimetière. La justicière Lily Rush part à la recherche du meurtrier et se heurte à la Grande Muette et au machisme délirant des militaires. Elle se sent d’autant plus impliquée dans l’affaire qu’en tant que femme, elle a également fait l’objet de discriminations au sein de la Police. L’épisode se termine par un Cliffhanger et il faudra attendre lundi prochain pour connaître la suite.

Le second épisode est une rediffusion de la saison 5. L’enquête concerne cette fois-ci le meurtre d’un jeune homme qui s’avérait être un violeur en série profitant de son physique et de son sourire ravageur pour amener les jeunes femmes dans son traquenard. A cette époque, les femmes ne pouvaient pas porter plainte tout simplement parce que la plainte ne serait pas retenue : la victime a laissé entrer le violeur chez elle, on suppose donc qu’elle était consentante.

Hasard ou coïncidence? les deux épisodes mettent en lumière la souffrance des femmes face à la violence masculine, la discrimination et l’injustice.

Le parcours de Meredith Stiehm y serait-il pour quelque chose et Cold Case est-elle une série « engagée »?

meredith stiehm,cold case,lilly rush,kathryn morris,showrunner,urgences,90210Meredith Stiehm, 42 ans est à l’origine de la série policière à succès. Elle en prend les rênes à l’âge de 36 ans. La détective qu’elle a imaginé est une femme menue aux longs cheveux blonds et peu sophistiquée (à l’échelle des séries américaines). Comme Stiehm, elle travaille dans un environnement d’hommes, celui de la police criminelle de Philadelphie.

« Lilly se débrouille très bien dans un monde qui ne lui est pas vraiment propice » déclare Stiehm. « C’est un monde dominé par les hommes. Cela la rend encore plus intéressante parce qu’elle doit s’y frayer un chemin. » Son terrain est celui des affaires non résolues, les vieux crimes non élucidés. Ainsi, les preuves sont lointaines, enfouies et les témoins ont disparu ou sont difficiles à retrouver. « Il me semble que Lily est plus instinctive que les détectives masculins. Elle n’est ni forte ni intimidante. Elle se fie à son intuition et à la psychologie pour trouver la vérité. »

Son histoire se déroule à Philadelphie, parce que Stiehm, qui a grandi à Santa Monica, est allée à l’Université de Pennsylvanie afin d’y étudier l’écriture. Une fois retournée à Los Angeles, elle commence par monter une pièce qui lui permettra de trouver un agent, puis d’écrire un script pour Northern Exposure. Arrive ensuite la teen série, Beverly Hills 90210, pour laquelle elle écrit 10 épisodes en free-lance. Elle est embauchée sur NYPD Blue de 1996 à 2000. « Je dois beaucoup à David Milch, » dit-elle à propos de celui qui l’a recutée. « Il m’a engagée sur la base d’un spec script.(Le spec script est un scénario original qui sert de carte de visite aux Etats-Unis) ». Elle obtient une nomination aux Emmy Awards et rejoint ensuite l’équique d’Urgences pendant deux ans. « Mais les séries policières me manquaient. » Alors elle crée Cold Case.

Peut-être parce qu’elle est plus jeune que les autres showrunners de CBS, avec une voix de petite fille, Stiehm a du mal à s’imposer comme le boss. La chaîne aurait eu plus confiance si elle n’avait pas été une femme. « C’est le sentiment que j’ai eu. » Mais les faits viennent le confirmer puisqu’elle est surveillée de près et reçoit de nombreuses notes au début. « Peut-être que cela fonctionne toujours de cette manière sur les nouvelles séries, mais il y a eu beaucoup de pression avant la diffusion. » Malgré ses huit ans d’expérience et sa nomination aux Emmy, ils l’ont associé à un producteur Shaun Cassidy. (Cassidy est parti après deux mois jugeant qu’il n’avait pas grand chose à faire là). « Un homme avec mon parcours et mon CV aurait joui d’une grande confiance, ils n’avaient aucune raison de douter de moi, mise à part le fait que je ne ressemblais pas au stéréotype du showrunner. »

Leurs doutes étaient infondés. Une fois que l’on a reçu les audiences, la pression s’est calmée. Mais Stiehm trouve que ce n’est vraiment pas facile pour une femme, du moins une femme qui a l’air jeune, d’imposer son autorité. « Je n’ai pas un physique extraordinaire » admet-elle. « Le premier jour sur le tournage du pilote, le cameraman m’a prise pour Kathryn (Morris, qui joue Lily). »

« C’est plus facile pour un homme d’avoir de l’ascendant sur un autre homme, que pour une femme. Une femme prend le risque de passer pour autoritaire ou opiniâtre. »  » Mais parfois elles doivent s’imposer: les femmes sont plus intéressées par le consensus que par la hiérarchie, mais le concensus n’est pas toujours facile à obtenir. On ne peut pas plaire à tout le monde. »

Indéniablement, Meredith Stiehm a puisé dans sa propre histoire pour imaginer le personnage de Lily Rush.

Source:http://www.wga.org/writtenby/writtenbysub.aspx?id=831

Partager

Pas de commentaire

There are currently Pas de commentaire on [Cold Case] coup de chapeau à Meredith Stiehm. Perhaps you would like to add one of your own?

  1. […] Qui plus est il s’agit d’une adaptation de la série suédoise éponyme menée par Meredith Stiehm, (Cold Case, Homeland). Diane Kruger et Demian Bichir sont au casting. L’action se déroule à la […]

Leave a Comment