[Glee] ou la revanche des Geeks et des Nerds

Written by Charlotte Philippe. Posted in Glee, Séries de A à Z, Voix libre

Tagged: , , , , , ,

glee-cast-tyra-show-02

Published on janvier 08, 2011 with Pas de commentaire

glee-saison-1-promo-4785379rrzas.jpgGlee, la série phénomène aux USA est un vrai carton qui rassemble en moyenne  12 millions de spectateurs sur la chaîne Fox chaque semaine. Des records d’audience, des ventes de CD ou plutôt de titres sur itunes qui détrônent les Beatles de leur piédestal dans l’histoire des charts (75 chansons entrées au palmarès Billboard Hot 100 contre seulement 71 pour les Beatles) et des stars qui affluent pour participer au show : Britney Spears, Gwyneth Paltrow, un come-back d’Olivia Newton-John (Grease) et bientôt Javier Bardem. On ne compte plus ceux qui voudraient y être : Justin Bieber, Jennifer Lopez, Keira Knightley, Anne Hattaway, Taylor Swift, Zac Efron…Des épisodes consacrés à des super stars de la Pop : Madonna et Lady Gaga et dans peu de temps Michael Jackson. Paul Mac Cartney en personne déclare qu’il adore la série et aimerait que des titres des scarabés soient repris. Un Gloden Globe pour la meilleure série comique et musicale. Un candidat démocrate au poste de gouverneur dans l’Etat de l’Illinois s’inspire du résumé précédant chaque épisode de Glee pour faire un sort à son rival républicain. La famille Obama invite les acteurs à la maison Blanche pour Pâques. Consécration suprême s’il en est, les Simpsons mettent en scène les acteurs de Glee puis confient à Jane Lynch (interprète de la coach impitoyable des Cheerleaders Sue Sylvester) la voix d’un nouveau personnage. Cette dernière a inauguré l’an dernier sa figurine de cire au musée Madame Tussaud. Glee squatte la place des potins people et quand une actrice déclare aimer la quiche de Gwyneth Paltrow cela devient un scoop relayé par les médias!

Bref, Glee est un rouleau compresseur et sans doute un phénomène de société. Peut-être les sociologues se penchent-ils déjà sur la question.

Glee en est à sa deuxième saison actuellement en diffusion aux Etats-Unis. Le pitch de la série : dans un lycée lambda de l’Ohio ( lycée McKinley), un prof d’espagnol passionné (Will Schuester) décide de donner un coup de jeune à la chorale du lycée et crée les « New Directions ». Son souhait est que les jeunes puissent s’exprimer et surtout vivre leur différence à travers cette expérience. Dans le monde très codé des highschool américaines, la hiérarchie est assez simple, il faut faire partie de l’équipe de foot ou des Pom Pom Girls (Cheerleaders) pour être populaire. Appartenir à la chorale est le degré 0 de l’échelle sociale reléguée aux ringards. Rachel Berry en sait quelque chose, mais elle croit en son étoile et se moque bien de ce que l’on peut penser d’elle. Elle est persuadée qu’une grande carrière dans la chanson l’attend. Elle adhère immédiatement au Glee Club. D’autres la rejoignent bientôt et le divertissement musical peut commencer. Outre, les difficultés qu’ils rencontrent avec leurs pairs, qui les balancent dans la poubelle ou leur jettent des sodas à la figure (c’est un rituel de leur lycée), ils sont confrontés à l’impitoyable Sue Sylvester, coach sans merci des Cheerleaders qui accapare le budget de l’école tant elle remporte de succès. Le nouveau but de sa vie est d’anéantir la chorale. Bref, la route des « New Directions » est semée d’embûches.

Comment expliquer le succès de cette série? ce serait prétentieux de prétendre avoir les clés. On peut quand même chercher quelques pistes.

1/Glee c’est la revanche des Nerds

Ryan Murphy, le créateur de la série a sans doute vu et compris l’évolution d’un genre cinématographique bien à part aux Etats-Unis : Les teen movies. Un documentaire diffusé sur TCM intitulé « Teen spirit les ados à Hollywood » résume parfaitement la situation. Le genre est crée avec « La fureur de vivre » le film emblématique de la courte carrière du rebelle James Dean. A cette époque, la télévision est arrivée dans les foyers américains et les majors constatent une désaffection des salles de cinéma. Puisque la génération des papa-maman préfèrent rester dans leur salon, ils vont alors s’adresser au public des adolescents et créer le teen movie qui est désormais un genre bien codé mais en perpétuelle évolution puisqu’il suit les changements de la société américaine.  Arrive un moment où l’on s’aperçoit que les laissés pour compte du lycée font parfois de grandes carrières, laissant loin derrière les stars fugaces de foot du lycée. On pense à Martin Scorsese qui ado passait son temps dans les salles de cinéma et à s’intéresser aux formats de pellicule et autres choses ennuyeuses et surtout aux grandes carrières d’Internet dont Marck Zuckerberg est sans aucun doute le meilleur exemple en ce moment. Les Geeks deviennent désormais des stars et bien sûr on l’intègre dans le cinéma. Ce n’est pas un hasard si les fans de la série Glee s’appellent les Gleeks (contraction de Glee et Geeks). A l’heure d’Internet, tout le monde devient un peu geek d’autant plus que c’est à la mode!

Glee l’a bien compris et met au coeur de son intrigue les parias du lycée pour montrer à quel point ils recellent de richesses intérieures.

2/Les ados « losers » peuvent s’identifier à des personages positifs

La série véhicule un certain nombre de valeurs qui ne sont pas nouvelles dans l’entertainment américain : Le culte de la différence, l’importance du collectif, s’épanouir et réaliser ses rêves. Mais l’énergie détonnante qui ressort de la série vous boosterait n’importe quel ronchon dépressif. Bon peut-être pas, cela peut aussi rebuter. Glee, du moins la première saison à mon goût beucoup plus aboutie que la seconde, est rafraichissante. D’abord parce que la Fox n’ayant pas anticipé un tel succès a laissé libre cours semble-t-il à des répliques et à des personnages nouveaux. Une jeune Pom Pom girl (Quinn) au sommet de sa gloire tombe enceinte, un jeune (Kurt) de la chorale est totalement gay, la conseillère d’orientation est bourrée de TOC, le principal Figgins est obnubilé par le budget de l’école parce justement il y a eu des coupes sombres, la coach des Cheerleaders est odieuse et fait tout pour détruire la joie et la bonne humeur chez les jeunes, Rachel est issue d’une famille homoparentale (deux papas). On est surpris de la liberté de ton de la série sur une chaîne réputée conservatrice comme la Fox. Le tout est traité avec beaucoup d’humour décalé et d’humanité sans doute un peu naïve. Il n’en reste pas moins qu’elle permet aux ados qui ne sont pas populaires, donc la majorité, de s’identifier à des personnages laissés pour compte mais « forts ». Le succès et la popularité sont des thèmes récurrents. Ils sont ici pondérés par une autre valeur : L’affirmation de soi. La morale de Glee est peut-être que la véritable clé de la réussite ce n’est pas d’être reconnu par les autres mais d’apprendre à être autonome. Glee est somme toute totalement dans l’air du temps.

3/La chanson anti-dépressive

On peut saluer Glee pour ses reprises de qualité. J’aurais pu le mettre en premier puisque c’est sans doute la réelle clé du succès. De Queen à Rihanna en passant par Jay-Z, Madonna, Britney, les Rolling Stones, Amy Winehouse, Duffy, Liza Minelli, Beyonce, Neil Diamond, The Supremes, Bill Withers, John Lennon, Van Halen, Cindy Lauper, Barbara Streisand, The Doors, The Beatles, Bruce Springteen et j’en passe. On voit que la série s’ouvre à tous les genres. Il y en a pour tous les goûts et toutes les époques! Glee revisite des grands classiques avec une bonne dose de juvamyne. Il faut beaucoup compter sur les interprétations musicales pour pallier les imperfections voire parfois l’inexistence scénaristique.

Glee est un teen tv show qui redonne la patate à des ados sans doute un peu moroses. Espérons que cela leur donnera envie de chanter et de danser dans la vraie vie!

Pour ma part, je suis déçue par l’évolution de la série qui depuis la moitié de la saison 1 a perdu son côté décalé pour sombrer dans la mièvrerie. Dommage, sans doute un succès aussi énorme oblige à aplatir les choses? Cela reste néanmoins un très bon divertissement et un show musical de bonne tenue.

 


Partager

Pas de commentaire

There are currently no comments on [Glee] ou la revanche des Geeks et des Nerds. Perhaps you would like to add one of your own?

Leave a Comment